Comment créer un Gag ou une BD courte ?

Nous allons découvrir dans cet article tutoriel, comment créer une BD courte humoristique comme celles de la rubrique « Gags/BD courtes » sur le site. Dans le cas qui nous intéresse, nous verrons dans ce 1er volet, les 8 principales étapes par lesquelles, des BD courtes sont conçues chaque mois, pour votre plaisir ! 


Une BD courte est une série de quelques vignettes (cases de dessins) formant une planche (une page de BD). Une BD courte relate une petite tranche de vie qui met relief une situation comique: Par exemple, des personnages caricaturaux en pleine querelle, un dialogue ridicule entre personnages burlesques, une scène répétitive qui fait rire, etc.

Parfois, la BD courte se retrouve en strip (comme dans les quotidiens). Le strip est une série horizontales de 2 à 4 cases de dessins généralement en noir et blanc. 

Donc, contrairement à une BD classique qui s’étend sur plusieurs pages, la BD courte est très brève et donc logiquement, plus facile à concevoir.

Dans cet article, nous passerons brièvement en révue, les principales étapes et techniques personnelles par lesquelles, je conçois les gags que vous lisez chaque mois. Nous nous interesserons en particulier à la BD courte numéro 8: Droit de cancre.

Dans un prochain article, nous verrons le cas de la BD courte numéro 9: Home Express en suivant le même cheminement.

le tutoriel de Droit de cancre. Etape 1: le scénario…


Gag8_Droit de cancreLa composition de cette BD courte est relativement simple: La planche se compose de deux grandes vignettes de dimensions égales. Remarquez les variations mineures entre les deux dessins qui composent ce gag! (Cliquez sur l’image ci-contre pour agrandir)

Le scénario de ce gag tient pratiquement sur 1 ou 2 pages de carnet: le descriptif des deux cases et le dialogue entre les deux personnages consiste en un simple question-réponse. Difficile de faire plus simple! L’écriture du scénario ou du script d’une BD courte est généralement simple.

Au départ, vous pouvez vous inspirer d’une blague, d’une histoire drôle, d’une scène de vie comique à laquelle vous avez assisté, pour rédiger  votre mini-scénario. 

Mais il vaudrait mieux éviter de reproduire une blague ou un gag dont l’auteur est bien connu pour écarter toute idée de plagiat et de souci de droits d’auteur! Généralement les blagues relèvent du patrimoine culturel commun à une région ou à un pays (un peu comme les contes et légendes). 
Il est alors difficile à une personne d’en révendiquer la paternité. En ce sens, on peut affirmer que les blagues sont généralement libres de tout droit. On peut donc s’inspirer sans problème d’une blague populaire pour en faire un gag. 
 
On peut également fort bien modifier une blague selon sa fantaisie pour en faire un gag bien risible. C’est d’ailleurs cette approche que je trouve pratiquement bien indiquée pour apporter à votre BD courte une certaine originalité. 
 
Et pourquoi ne pas imaginer une blague ou un gag totalement nouveau et bien personnel? Ce n’est pas les situations comiques qui manquent (il suffit seulement de penser aux blagues échangées entre potes durant une soirée !). 
Revenons à notre BD courte Droit de cancre. Le mini-scénario (presque exhaustif) pourrait se présenter comme suit: 
Vignette Description de la scène Paroles
V1 (Plan moyen) Intérieur d’une salle de classe (école primaire) à la pause. L’instituteur en 3/4 de face est debout devant son bureau et fait face à Toto. Il tient dans sa main droite posée sur la hanche, une règle. Son index gauche est pointé en l’air, menaçant; le visage perplexe. Toto presque de profil fait face à l’instituteur, l’index droit posé sur la bouche entreouverte. Le décor de la scène est composé du bureau de l’instituteur au second-plan, d’un tableau vert en arrière-plan. Dans le coin droit de la classe se trouve une poubelle. L’instituteur: Toto! Qu’est-ce-qui t’arrive? Tu ne fais pas tes devoirs et en plus, tu ne veux pas travailler avec tes camarades pendant les travaux manuels! Pourquoi?

Toto (en pensée):   ?

V2 (Plan moyen) Même décor que précédemment. L’instituteur est toujours dans la même posture mais a les deux mains fermées et posées sur les hanches. Il est ébahi (yeux agrandis et bouche en « o ») Toto est également dans la même posture que précédemment. La tête levée fièrement et les yeux clos, Toto a la paume droite ouverte, le pouce vers le haut. Toto: Mon père travaille dans une association et il dit tout le temps qu’il faut lutter contre le travail et l’exploitation des enfants!

L’instituteur: (Comme dans les mangas)

Il faut tout de même préciser que quand l’on dessine soi-même un scénario que l’on a écrit, il arrive souvent qu’on modifie les dessins. Ceux-ci ne correspondent pas alors exactement aux descriptions du script. Idem pour les paroles des phylactères (les bulles).
 
Il n’est donc pas nécéssaire de faire d’abondants descriptifs sauf si vous ne serez pas celui qui en fera les dessins.
Autre approche interessante: Avant même d’écrire le scénario de votre BD courte, vous pouvez commencer à délimiter les vignettes de votre gag sur votre papier de dessin et commencer à visualiser et à esquisser les dessins (faire des roughs) de votre oeuvre.
A partir de là, votre mini-scénario n’aura pas à s’étendre sur des descriptions très détaillées.
 
Vous n’aurez alors qu’à vous concentrer sur les paroles de chaque case de votre BD. Vos esquisses serviront dans ce cas de complément à votre script ( Ne dit-on pas que: «Un dessin vaut un millier de mots» ? ).
 
Passons à présent à l’étape suivante..

Etape 2: Les croquis au crayon ou crayonnés …


A vos crayons ou critériums! La seconde étape consiste tout simplement à réaliser les dessins au crayon en suivant à la lettre les descriptions fournies par le mini-scénario. Ces dessins au crayon sont appelés crayonnés.
Si vous avez plutôt choisi de faire des esquisses (roughs en anglais) comme complément au mini-scénario, dans ce cas, vous pouvez parfaire ou reprendre vos esquisses au crayon pour en faire des croquis plus aboutis.
 
Nul besoin de croquer au crayon ou au critérium des personnages anatomiquement bien proportionnés et assez réalistes. N’oubliez pas que le but d’un gag en BD courte est de faire rire !
Il préférable de dessiner des personnages caricaturaux aux proportions anatomiques grotesques (Gros yeux arrondis, gros nez, ventre bédonnant, jambes minces avec de grosses chaussures, etc.) pour renforcer l’effet comique de votre BD courte (C’est ça un gag !).
 
Revenons à nos dessins. A la lecture de notre mini-script, nous voyons que les deux dessins ont exactement les mêmes plan et décor. Voilà des détails interessants !
Nul besoin de dessiner donc deux fois le même arrière-plan! (Bonjour la difficulté pour rendre les deux arrière-plans identiques !)
 
Il suffit donc de dessiner un seul décor (sans les personnages) pour gagner du temps. En outre, dans les deux vignettes, les personnages ont quasiment les mêmes postures. Ce détail nous simplifie également le travail:
Une fois le 1er crayonné des deux personnages réalisé (le dessin de la vignette 1), nous l’utilisons comme base pour le second dessin.
Avec du papier calque ou même du papier rame de bureau standard (80g/m2) et une table lumineuse, nous décalquons le premier dessin en redessinant simplement les membres des deux personnages dans leurs nouvelles positions et les expressions de leurs visages comme l’indique le descriptif de la 2eme vignette.
 
Voilà! Nos trois crayonnés sont à présent prêts pour la 3e étape…

Etape 3: L’encrage …


Encrage Droit de Cancre

La 3e étape dans la conception de notre gag sera d’encrer nos crayonnés.

Avec du papier calque ou du papier de rame posé par-dessus nos crayonnés, nous redessinons à l’encre de chine ( avec un pinceau fin, une plume, un stylo tubulaire, un feutre noir ou même un stylo à bille noir au choix ) les contours de nos crayonnés.

Les feuilles superposées sont maintenues avec de l’adhésif repositionnable (ou plus radicalement agrafées l’une sous l’autre); le tout posé sur une table lumineuse.

Autre méthode (plus traditionnelle mais moins pratique): Vous pouvez faire l’encrage directement sur les crayonnés sans utiliser la table lumineuse. Mais il faudra gommer méticuleusement toute trace de crayon aprés sechage de l’encre avec le risque de salir, de frousser le papier ou d’oublier certains tracés…

Cette méthode plus ancienne, peut s’avérer fastidieuse à la longue. Le hic, c’est que vous perdez définitivement vos crayonnés !

Etape 4 et 5: Numériser et retoucher les dessins encrés … 


Nous pouvons à présent numériser nos dessins encrés à l’aide d’un scanner. C’est la 4e étape de notre travail. Numériser les planches avec une résolution de 300 ppp (pixels par pouce) suffit largement. On peut bien numériser en 600 ppp voire 1200 ppp si on le désire mais attention à la taille des fichiers à manipuler !

En principe, quand on doit numériser des Linearts (dessins fait uniquement des tracés de contours en noir ), une résolution très élevée n’est pas nécéssaire. Il suffit de numériser avec un profil en couleur et d’augmenter la luminosité et le contraste selon notre convenance et ça y est ! Voilà de beaux linearts prêts pour l’étape suivante !

Gag8 Retouches sous GimpLa 5e étape consiste à retoucher les linearts sous Gimp. En effet, il arrive que l’encrage et le gommage soient loin d’être parfaits et laissent des débords, tracés et autres points noirs disgracieux sur nos beaux linearts.

A l’aide de l’outil pinceau (avec le blanc comme couleur choisie) et de l’outil crayon (avec du noir), il faut donc corriger ces petites imperfections pour obtenir des linearts nickels si j’ose dire !

Etape 6 et 7: Vectoriser et coloriser les linearts …


Après les retouches sous Gimp, on peut croire que les linearts sont déjà suffisamment interessants pour passer à la mise en couleurs. Eh bien, non! Pas encore ! Il suffit simplement de zoomer sur les tracés de nos dessins pour constater qu’ils sont très pixelisés (formés de petits carrés noirs)!

Pour remédier à cela et obtenir des tracés plus lisses et homogènes, il faut vectoriser nos linearts sous Adobe Illustrator (ou du moins, sous Inkscape).

Gag8 Vectorisation sous IllustratorSous Illustrator, le paramètre de vectorisation silhouettes donne des résultats satisfaisants. Il suffit de règler le seuil de ce paramètre pour règler l’épaisseur des tracés selon ses goûts. Pour finir, on exporte le résultat final sous le format image qu’on veut (Le png est recommandé). Nous pouvons ensuite passer à l’étape suivante: La colorisation…

Nous sommes à la 7e étape: La colorisation avec Gimp. Avec les outils sélection contiguë, pot de peinture, crayon, pinceau, dégradé, nous colorisons les trois linearts, en mettant les différents aplats de couleurs sur plusieurs calques superposés.

Une fois les deux linearts avec les personnages colorisés, nous sélectionnons toutes les zones blanches qui entourent les personnges et nous les rendons transparentes. Il suffit à présent d’exporter au format png ces dessins aux zones transparentes.

A partir de là, il ne reste plus qu’à superposer les deux dessins sur le dessin colorisé du décor. Nous ajoutons ensuite un nouveau calque transparent, pour y dessiner au pinceau, les ombres portées communes aux deux dessins des personnages.

Pour obtenir le dessin final de la 1 ère vignette, nous rendons invisible le deuxième dessin des personnages pour exporter en image, le 1 er dessin des personnages avec le décor en dessous.

Nous n’avons qu’à répéter l’opération en rendant invisible le 1 er dessin et en exportant en image le second avec le décor en dessous. Et voilà les deux dessins finaux prêts pour la dernière étape: La mise en page !

Avant de poursuivre avec la huitième étape, précisons que nous verrons bientôt la colorisation avec Gimp dans un tutoriel vidéo détaillé.

Gag8 Colorisation sous Gimp

Etape 8: La mise en page en BD courte…


La 8 e et dernière étape de notre travail, consiste à mettre en page les deux dessins finaux pour en faire une planche de gag.

En fait, il s’agit dans cette étape finale de l’élaboration de notre BD courte, de mettre nos deux dessins colorisés de l’étape précédente dans deux grandes cases et puis d’y ajouter les bulles contenant les paroles.

Pour ce faire, nous allons utiliser le célèbre logiciel Manga Studio EX qui offre tous les outils nécéssaires pour cette tâche et bien plus encore ! En fait, Manga Studio EX est un logiciel complet qui permet de créer de A à Z, des BD ou des Mangas.

Mais alors, pourquoi ne pas l’utiliser depuis le début des esquisses pour réaliser notre BD?

Ben, disons que c’est une question d’habitude et de méthode de travail. Chaque artiste a son style; sa façon de créer. Personnellement, j’aime dessiner sur papier et la colorisation sous Gimp, me permet d’utiliser ses outils et des effets particulièrement interessants comme ses différents dégradés et filtres.

Gag8 sous Manga StudioTout compte fait, une fois les dessins colorisés sous Gimp et exportés en png, sous Manga Studio EX, nous n’avons besoin que de créer une nouvelle page A4 sur laquelle nous glissons et déposons un panel à deux cases identiques (le premier de l’onglet 2-Panel fera l’affaire).

Ensuite, il suffit d’importer dans chacune des deux cases, le dessin colorisé approprié; insérer les bulles et écrire les paroles des personnages et c’est tout !

Une fois satisfait par la mise en page, il ne reste plus qu’à exporter la planche finale sous le format image désiré (le png est récommandé) en 300 ou 600 ppp. Convertie avec PhotoFiltre ou même Gimp avec des dimensions et une résolution plus raisonnables pour le web, notre Gag peut être enfin publiée sur le net.

Ouf! Nous sommes arrivés à la fin de ce long article tutoriel. Sans vouloir trop rentrer dans les détails et nous étendre sur le sujet, voilà les 8 principales étapes par lesquelles, de nouvelles BD courtes sont conçues chaque mois pour la rubrique Gags du site.

Nous verrons dans le prochain article, le Making of du Gag 9 « Home Express ». N’oubliez pas de laisser un commentaire !   A bientôt donc !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz